Author Topic: Questions et Réponses concernant le support de nouveau matériel, boitiers et mod  (Read 2061 times)

Sophie

  • Administrator
  • Sr. Member
  • *****
  • Posts: 391

Bonjour,

    Suite aux nombreuses questions de la part de nos utilisateurs sur la réalisation de nouveaux modules, nous avons réalisé pour vous une interview des responsables du laboratoire et de l'équipe de développement afin de vous apporter quelques réponses :

  Q. Pourquoi ne publiez-vous pas plus à l’avance la liste des boîtiers à l ‘étude ?
  R. Nous essayons de donner des informations sur les boîtiers et les objectifs qui sont à l’étude dans nos laboratoires – via les actualités de notre site internet.
 
 Malgré cela, il nous est difficile de communiquer systématiquement et avec certitude l’intégralité du planning pour un certain nombre de raisons :
 
 Nous devons bien souvent attendre la disponibilité commerciale pour commencer la calibration du boitier. Même s’il nous est possible de travailler sur une pré-version d’un boitier, nous évitons cette option car elle est sujette à modification et erreurs.
 
 Nous ne savons pas à l’avance quelle va être la complexité, et donc le temps nécessaire à l’écriture du code pour supporter tel ou tel matériel. Nous sommes également soumis aux problèmes logistiques liés à l’achat ou le prêt de matériel
 
 
 Q. A quoi correspond la phase de calibration ?
 
R. La conversion Raw de DxO OpticsPro n’est pas une simple conversion de format de fichier, mais fait intervenir des mesures effectuées sur capteur (bruit et colorimétrie) pour parvenir à l’optimisation automatique des images.
 
 La calibration d’un boitier est l’étape qui consiste à profiler le capteur, c'est-à-dire effectuer des mesures du capteur afin de pouvoir apporter les meilleures corrections possibles. Cela veut dire que même si vos objectifs ne sont pas supportés vous bénéficiez tout de même du savoir-faire de DxO sur la caractérisation des défauts de capteurs numériques.
 
 La calibration du boitier et notamment l’étude du bruit du capteur et de sa réponse colorimétrique est une tâche minutieuse qui se compte en dizaine de jours. Il faut plus de 1000 prises de vues uniquement pour caractériser et calibrer le boîtier (conversion RAW, débruitage, etc…). 
 
 Le fait d’ajouter un format Raw non supporté prend du temps à notre équipe de développement car la majorité des formats Raw sont des formats propriétaires non documentés qui nécessite un travail de « reverse engineering ».
 
 
  Q. Pourquoi ne publiez-vous pas plus à l’avance la liste des modules à l ‘étude ?
 
R. Nous essayons de donner des informations sur les boîtiers et les objectifs qui sont à l’étude dans nos laboratoires – via les actualités de notre site internet.
 
 Malgré cela, il nous est difficile de communiquer systématiquement et avec certitude l’intégralité du planning pour un certain nombre de raisons :
 
 Nous sommes soumis aux problèmes logistiques liés à l’achat ou le prêt de matériel
 
 Les sorties régulières de nouveaux boitiers nous forcent à reconsidérer régulièrement le planning de nos laboratoires de mesures
 
 La calibration d’une combinaison boitier/objectif est très couteuse en temps et le temps de laboratoire est une ressource limitée. Par conséquent l’allocation du temps de laboratoire est soumise à des contraintes qui rendent difficile l’engagement sur un planning à long terme.
 


Q. Pourquoi de nombreuses configurations boitier/objectifs ne sont-elles pas supportées ?
 
 R. Tout d’abord chaque module correspond à des mesures faites sur une combinaison boitier/objectif. Même si le travail peut être optimisé lorsque l’on a déjà analysé le boitier ou l’objectif, il nous faut systématiquement faire des mesures sur la combinaison considérée. Bien entendu, il nous est impossible de supporter toutes les combinaisons.
 
 Chaque module de correction correspond à un travail considérable.
 
 Il faut des milliers de prises de vues pour caractériser et calibrer le couple boîtier/objectif. Les techniques de calibration ont été optimisées, ce qui nous permet d’améliorer chaque année notre capacité à fournir des nouveaux modules.
 
 Pourquoi autant de prises de vues ? C’est essentiel afin de prendre en compte tous les paramètres du boîtier et de l’objectif qui influent sur la qualité de l’image finale. Une fois les prises de vues réalisées sur diverses mires et scènes réelles, un modèle du comportement et des défauts du couple boîtier/objectif peut être extrait. Ce modèle de défauts est ensuite associé aux algorithmes de corrections développés par les chercheurs de DxO pour réaliser le module de correction. Pour finir, une phase d’assurance qualité permet de s’assurer que le DxO Module fonctionne bien « dans la vraie vie ». C’est seulement ensuite que l’on peut envisager de le mettre à disposition des utilisateurs.
 
 En outre l’expérience montre que de nombreuses différences existent entre les mesures et le modèle idéal. Par exemple, les données Exif sont parfois renseignées de façon imprécise (distance focale, distance de mise au point etc) et de manière différente selon les boitiers.
 
 Enfin, DxO cherche actuellement à augmenter significativement ses capacités de production des DxO Modules afin de suivre la croissance du nombre de reflex numériques et d’objectifs sur le marché. Nous espérons être en situation de produire beaucoup plus rapidement et en plus grandes quantités des DxO Modules pour répondre aux attentes de nos utilisateurs actuels et futurs.
 
 
  Q. Pourquoi n’est-il pas possible d’intégrer le support des nouveaux boitiers dans la version précédente ?
 
 R. Premièrement, contrairement aux corrections optiques qui sont purement pilotées par les données, les corrections ou processus liés au boitier sont majoritairement intégrées au sein du code de l'application. C'est pourquoi les nouveaux boitiers sont uniquement supportés par des mises à jour de l'application, souvent mineures.
 
 Deuxièmement, sous DxO OpticsPro v5, les algorithmes de conversion RAW et de réduction de bruit ont été complètement réécrits, nécessitant la recalibration de tous les boitiers précédemment supportés. Ceci s'explique par le fait que la conversion RAW est maintenant effectuée entre deux opérations de réduction de bruit, ce qui nécessite un ensemble de calibration différent utilisant des images RAW prises avec des pré-requis différents.
 
 Sous DxO OpticsPro v4, la réduction de bruit était effectuée après la conversion RAW. Calibrer un nouveau boitier en fonction de ces anciens algorithmes de réduction du bruit requière 5 - 10 jours de temps technicien (prises de vue, traitement, assurance qualité et validation). Afin de supporter les 4 boitiers les plus récents (Canon 40D, Canon 1DsMkIII, Nikon D300 et Nikon  D3) il aurait fallu ajouter 20 - 40 jours de laboratoire et de temps technicien au travail déjà nécessaire afin de les supporter dans la v5 (environ 5 - 10 jours par boitier).
 
 Supporter de nouveaux boitiers implique beaucoup de travail. Il nous faut donc peser les coûts de rétro-support des nouveaux boitiers pour les utilisateurs qui ne souhaitent pas mettre à jour leur logiciel aux avantages d'ajouter de nouveaux modules pour les utilisateurs qui mettent à jour. Il s'agit vraiment d'un compromis et non d'une simple stratégie de marketing.


 

photography